Des millions de tortues marines ont été accidentellement capturées ou tuées au cours des deux dernières décennies dans le monde, selon un rapport publié dans la revue « Conservation Letters ».

Ce rapport est la première évaluation mondiale de prises accessoires de tortues de mer pour trois grands types de pêche (palangre, filet maillant et chalut). Les importantes prises accessoires  se produisent avec du gros matériel de pêche, comme les grands filets ou les palangres avec des milliers d’hameçons appâtés.

Tortue verte prise à l’hameçon

Les tortues, qui sont des reptiles à respiration aérienne, souvent périssent par noyade ou se blessent par l’ingestion des crochets pointus qui se logent dans la gorge et l’estomacs des tortues.

« Pour les tortues de mer, les prises accessoires de la pêche sont les plus graves menaces pour la survie de leurs populations», l’auteur principal, Bryan Wallace ajoute que le chalutage des crevettes est l’une des pratiques les plus dommageables.

Wallace et son équipe ont compilé une base de données exhaustive présentant les taux de prises accessoires pour les trois principaux types de pêche dans le monde de 1990 à 2008. Le nombre total mondial des prises accessoires de tortues marines était d’environ 85.000. Comme les données ne couvraient qu’ 1% de la totalité des flottes, sans y inclure des données sur les prises accessoires de la pêche artisanale, les chercheurs estiment que les réelles prises accessoires des tortues marines s’élèvent à 8,5 millions ou plus pour la période de temps analysée.

La population de tortues marines a énormément souffert suite aux pertes liées aux captures accessoires, sachant que six des sept espèces de tortues marines sont actuellement classées dans la Liste Rouge comme «vulnérables», «en voie de disparition» ou «en danger critique» au niveau mondial par l’UICN.

Pour lutter contre ce problème, Wallace et son équipe recommandent l’établissement de zones marines protégées. Ils proposent également une réforme de la pêche: modification spatio-temporelle de l’effort de pêche, ainsi que la modification des engins sélectifs, tels que l’utilisation d’hameçons circulaires et les dispositifs d’exclusion des tortues.

Une autre étude, menée par des scientifiques de l’Université Duke, a révélé que plus de 250.000 caouannes et 60.000 tortues luth sont pris au piège par inadvertance chaque année par la pêche palangrière.

Tortue luth prise dans un filet de pêche dérivant

Libération d’une Tortue luth prise dans un filet de pêche