Les spécialistes de Picardie Nature et Nausicaa tentent d’identifier la tortue récemment échouée près de Cayeux (80).

Cette tortue luth a été découverte entre Cayeux et Ault en fin de semaine dernière par un promeneur. Il s’agit d’une femelle de plus d’1m50, morte et poussée sur les rivages par les grandes marées.

Une puce électronique a été retrouvée sur l’animal : « ces transpondeurs sont posés sur des femelles qui ressortent à terre pour pondre, donc on saura où elle a pondu », précise Laetitia Dupuis de Picardie Nature.

Un appel a été lancé dans le monde entier à tous les centres scientifiques susceptibles de l’avoir posée. Seule certitude : c’est un modèle ancien, probablement posé avant 1995.

Une autre tortue luth a été trouvée quelques jours plus tard dans le Pas-de-Calais. L’autopsie réalisée à Nausicaa à Boulogne-sur-mer (62) n’a cette fois pas révélé la présence d’une puce.

 

Les tortues luth s’aventurent rarement dans la Manche

Les tortues luth pondent sur les plages en Australie, en Floride, en Guyane. A l’éclosion elle sont toutes petites (à peine 7 à 8 centimètres) pour atteindre 1m80 et 500kg à l’âge adulte.

Selon Pierre Morinière, responsable du Centre d’études et de soins des tortues marines,« quand elles ne sont pas sur les sites de ponte, elles explorent l’ensemble de l’océan. Il y a eu des suivis par balise Argos et on voit bien les tortues qui explorent l’atlantique nord. ». Les tortues luth disposent en effet d’une couche de graisse plus importante et peuvent supporter des mers plus froides que les autres tortues (mais rarement dans la Manche).

Par Gontran GIRAUDEAU

Source: France3.fr